La réouverture des bars et restaurants

La réouverture des bars et restaurants

Les Français pourront à nouveau boire un café en terrasse mercredi 19 mai. Un rendez-vous très attendu par la population. Mais aussi, bien évidemment, par les patrons de bars et de restaurants. L’annonce en a été faite par Emmanuel Macron, jeudi 29 avril, dans un entretien accordé à la presse quotidienne régionale. Le président de la République a dévoilé un plan de réouverture totale de ces établissements en trois temps étalés jusqu’au 30 juin.

Les réouvertures par catégories

En effet, le 19 mai, seules les terrasses seront autorisées. Avec une limitation du nombre de convives à six par table. Mais le desserrement des contraintes du couvre-feu, fixé à 21 heures à cette échéance, élargit la plage horaire du service à table. La deuxième étape est fixée, trois semaines plus tard, au 9 juin. A cette date, les salles de restaurant s’ouvriront pour accueillir les clients avec la même contrainte de six consommateurs par table et avec une jauge, mais sans passe sanitaire. Les dîners pourront alors se terminer à 23 heures, nouvelle limite du couvre-feu. Enfin, la pleine réouverture des bars et des restaurants sans jauge sera effective le 30 juin. Un troisième temps qui correspond à la levée totale du couvre-feu. Il reste toutefois conditionné à la situation sanitaire, a préféré ajouter le chef de l’État.

Pour la restauration

Les cafés, bars et restaurants pourront bien rouvrir leurs terrasses ce mercredi partout en France, pour des tablées de six convives, puis leurs salles le 9 juin, mais ils devront se limiter à la moitié de la capacité de celles-ci.

Les professionnels espéraient que certains territoires, aux indicateurs sanitaires meilleurs qu’ailleurs, seraient exemptés de cette jauge de 50 %, qui va fortement les handicaper, alors que seuls 40 % de ces établissements disposent d’une terrasse, et que les touristes étrangers, comme la clientèle d’affaires, ne seront pas de retour cet été.

Pour les magasins

Quant aux magasins, ils rouvriront ce mercredi avec une jauge d’un client pour 8 mètres carrés et un pour 4 mètres carrés, à compter du 9 juin. Cette jauge doit disparaître le 30 juin, a précisé Matignon.

Pour les musées et les monuments

Ils ouvrent dès ce mercredi avec une jauge de 8 mètres carrés par personne, descendu à 4 mètres carrés dès le 9 juin. Il n’y aura plus de jauge le 30 juin.

Pour les cinémas, théâtres, concerts assis et les stades de sport en extérieur

Ce mercredi marquera également la réouverture des salles avec un plafond à 35 % de la capacité maximale, avec un plafond de 800 personnes. Cette jauge sera rehaussée à 65 % le 9 juin, avec un plafond de 5.000 spectateurs, avec un Pass sanitaire nécessaire au-delà de 1.000 personnes. Plus de jauge le 30 juin mais toujours le Pass sanitaire si la capacité totale des gens est supérieure à 1.000 personnes.

Les festivals, eux, commenceront à partir du 30 juin, avec une jauge d’une personne par 4 mètres carrés.

S’agissant des jauges de spectateurs, la jauge est de 35 % jusqu’au 9 juin et 65 % jusqu’au 30 juin, mais dans un plafond de 1.000 et 5.000 pour les enceintes sportives extérieures comme les stades. Jusqu’au 19 mai, la limite est de 800 personnes en intérieur, pour assister à un match de basket par exemple, et passe à 5.000 le 9 juin. Au 30 juin, il est prévu le retour à la normale pour l’intérieur et l’extérieur en termes de public.

Enseignement supérieur

Les cours dans l’enseignement supérieur reprendront, avec une jauge de 50 % des effectifs et un protocole sanitaire renforcé, eux aussi ce mercredi. Les examens universitaires ont été reportés à partir du 9 juin. Les concours nationaux et les examens en santé sont eux maintenus.

Colonies de vacances, accueil de mineurs, camps de scouts

Ces établissements pourront rouvrir ce mercredi s’ils ne comprennent pas d’hébergement. S’ils comprennent l’hébergement, les activités restent suspendues sauf pour les mineurs en situation de handicap, ceux relevant de l’aide sociale à l’enfance ou placés sous protection judiciaire. L’ensemble des établissements pourra rouvrir le 20 juin.

Pour les salles de sport

Le sport en intérieur reprendra ce mercredi pour les mineurs, pour les sports sans contacts dans une jauge de 50 % de la capacité de l’établissement. Pour les salles de sport, piscines & cie, pour tous les publics, il faudra attendre le 9 juin pour leur réouverture à 50 %, puis totalement le 30 juin. Pour les sports de contact, de type judo, il faudra attendre le 30 juin, ce qui correspond à la fin de saison en réalité pour les clubs et associations.

Retour des salariés par étapes

Chaque établissement va désormais choisir son rythme de remise en route, maintenant que chacun a une visibilité sur le futur de son activité. Tous n’ouvriront pas le 19 mai. « Un restaurant sur quatre en France possède une terrasse. Et avec un couvre-feu à 21 heures, il est difficile de faire un service du soir, il y aura surtout beaucoup de bars terrasse dans un premier temps », souligne M. Jan. Les trois quarts des établissements lèveront le rideau au mieux le 9 juin. Le retour des salariés se fera donc aussi par étapes. Pour une grande majorité d’entre eux, ils reviendront travailler après plus de six mois de chômage partiel. Certains ont même raccroché leur tablier il y a quatorze mois, lors de l’annonce du premier confinement. Tous ne seront pas au rendez-vous lors du rappel des troupes.

Dans ce contexte, les professionnels souhaitent continuer à bénéficier des aides gouvernementales. Que ce soit le chômage partiel pour les équipes encore en stand-by et les établissements fermés. Mais aussi le fonds de solidarité, destiné à couvrir les charges fixes des bars et restaurants. Les négociations sont en cours avec Bercy pour définir la dégressivité de ses aides dans le temps et en fonction du rebond de l’activité. « Il nous faut également le soutien des banques. L’activité ne va pas repartir plein pot. Il nous faut consolider les prêts garantis par l’Etat pour pouvoir les lisser sur dix ou douze ans. On ne peut pas, dès le départ, avoir un sac de 100 kg sur le dos pour courir un 100 mètres », estime M. Héguy.

Est-il préférable d’utiliser l’application Tous Anti Covid Signal ou le cahier de rappel papier ?

La version numérique du cahier de rappel obligatoire pour accéder aux salles intérieures des restaurants, bars et cafés est préférable à sa version papier, du moment que le client n’est pas technophobe. En effet, elle évite les manipulations avec un stylo et facilite les alertes tout en protégeant les données personnelles.

La déclinaison papier du cahier de rappel protège moins les données personnelles, puisqu’elle requiert les coordonnées et l’identité des clients (nom / prénom / numéro de téléphone). Ce qui n’est pas le cas de Tous Anti Covid Signal, qui n’enregistre que la date et l’heure de passage des clients, et ne conserve l’historique que durant deux semaines. Vous ne serez ni « tracé », ni identifié, mais seulement informé », promet le gouvernement dans un communiqué de presse. « Lorsqu’une personne est alertée, les utilisateurs de TousAntiCovid ne sont ni informés du nom de l’endroit où le contact à risque a eu lieu ni de l’identité de la personne contact (cette information n’existe pas sur le serveur) », poursuit le gouvernement. 

La réouverture des salles conditionnée par l’usage d’un QR code

Tous Anti Covid Signal, la nouvelle option de l’application TousAntiCovid destinée aux bars et restaurants, mais aussi aux salles de sports, sera disponible à compter du 9 juin pour les salles intérieures : à l’aide de l’appareil photo de son smartphone, le client pourra scanner un QR code placé à l’entrée de l’établissement.

Si le client est cas contact, l’application TousAntiCovid lui envoie alors une alerte via son smartphone (orange ou rouge selon le degré de risque de contamination). Le Comité de contrôle et de liaison Covid-19 (CCL Covid) résume ainsi le niveau d’alerte : « si une personne, qui a été dans le même lieu sur la même plage horaire, se déclare dans l’application, la personne ci-avant reçoit une notification de contact warning, dit à ‘risque modéré’ (impliquant la surveillance des symptômes, etc.). Si trois personnes se sont déclarées, et étaient sur la même plage horaire, alors la personne reçoit une notification classique de contact tracing à ‘risque élevé' ». Les personnes notifiés devront alors se faire tester en priorité et/ou s’isoler aussitôt dans le cas d’un risque élevé.

Ed